Ralph Dibny prend la vedette alors que Barry Allen prépare la Team Flash pour Crisis on Infinite Earths.

the flash saison 6 episode 6

Alors que “Kiss Kiss Kiss Breach Breach” a emmené The Flash dans le même genre, avec un minimum d’action costumée. Il a été assez constant du début à la fin. Il n’a pas toujours fonctionné. Mais il avait un énoncé de mission clair dès le début et s’y est surtout tenu. “License to Elongate” d’un autre côté… ne le fait pas. Oui, c’est très certainement “l’émission Ralph Dibny”. resque autant que “Kiss Kiss Kiss Breach Breach” était “l’émission Cisco Ramon”. Et oui, tout comme l’épisode précédent était consacré à son hybride. Celui de cette semaine l’est aussi avec son hommage évident à James Bond.

Les deux épisodes semblent être des façons sournoises de réduire le budget pour faire de la place pour Crisis on Infinite Earths. Mais plus important encore. Ces deux épisodes sont de merveilleux véhicules pour leurs acteurs principaux respectifs, avec Hartley Sawyer faisant incontestablement son meilleur travail depuis sa participation à cette émission. Et une joie absolue dans chaque scène. Cest l’alchimie facile de Sawyer et Grant Gustin, l’écriture forte dans les moments importants de leur personnage. Et un final inattendu et touchant qui sauvent cet épisode.

The Flash ne peut pas passer un épisode entier sur une intrigue aussi minime

Le problème est que “Cérémonie pour Élastique Man” a aussi trop d’éléments disparates qui ne correspondaient pas. La prémisse, où Ralph se rend à Midway City pour enquêter sur l’affaire Sue Dearbon. Où Barry suit le dossier pour accélérer les choses afin de s’assurer que Élastique Man puisse se présenter à une conférence de presse surprise. Pour l’accueillir officiellement dans la communauté des héros de Central City, est raisonnable.

Le duo qui atterrit alors au milieu d’une vente aux enchères de technologie de haut niveau. Directement sortie d’un film de Bond, est assez amusant. Mais ce n’est clairement pas suffisant pour alimenter un épisode entier. Ce n’est certainement pas aussi fort que Cisco essayant de résoudre le mystère entourant la mort de son ex-petite amie. Et ne peut donc pas soutenir l’épisode entier. Au lieu de cela, nous obtenons des diversions avec les acteurs de soutien qui tuent l’élan que l’histoire principale. Aussi mince soit-elle, aurait pu créer.

À l’approche de Crisis on Infinite Earths, Barry continue de régler les derniers détails avant sa mort apparente. Ce qui devrait suffire à établir un lien avec l’événement crossover de cette année sans qu’il y ait plusieurs scènes faisant référence à l’écran. Au lieu de cela, nous avons un nouvel épisode de Nash Wells qui bricole dans les tunnels.

En essayant d’exposer Mar Novu comme “un imposteur” ou un “faux dieu”. Il corde à Allegra pour l’utilisation de ses pouvoirs ultraviolets. Le problème, c’est qu’après son introduction plus tôt cette saison. Allegra n’a pas encore réussi à se distinguer en tant que personnage. Ce qui, avec l’absence de progrès satisfaisants de Wells, rend ces scènes vraiment dramatiques. Ça aiderait s’ils lui donnaient un meilleur dialogue que “personne ne me dit rien”. D’un autre côté, il semble qu’il y ait une sorte de connexion multiversale plus profonde entre Nash et Allegra. Donc ça ne me surprendrait pas si la série avait autre chose dans sa manche.

Chester est très mal utilisé et Cécile retombe dans ses travers

Ce qui aurait dû être un retour bienvenu pour Chester P. Runk. Un personnage que je soupçonne encore de devenir un favori ici, était particulièrement flagrant. Cécile a été formidable dans chacun des cinq premiers épisodes de cette saison. Ce que nous obtenons ici, c’est une régression inexplicable vers les creux de la sottise de la quatrième saison. Avec ses pouvoirs de méta-empathie mal utilisés. Danielle Nicolet est géniale, mais ce spectacle réussit à prendre du recul avec Cécile à chaque pas en avant. Peut-être la plus grande erreur de ce spectacle.

La cloche qui ne pourra jamais être retirée, est de savoir comment, à partir de la quatrième saison, un problème aggravé par la cinquième saison. Les “métas” de l’Arrowverse sont devenus presque impossibles à distinguer de la façon dont les “mutants” sont traités dans l’univers Marvel. Ça ne colle pas. C’est dommage, parce que Brandon McKnight a prouvé dans ce premier épisode qu’il est très amusant en tant que Chester. Mais chacune de ces scènes ressemblait à un retour au nadir de la saison quatre avec ses tentatives d’humour.

Barry et Ralph ont été très bon et ont sauvé l’épisode

C’est un témoignage de la qualité du fil conducteur émotionnel de cet épisode. A savoir que tout cela ne s’est pas déroulé en spirale pendant une heure, au point d’en faire un véritable rouleau compresseur. En fin de compte, Hartley Sawyer et Grant Gustin ont tous deux accompli un excellent travail en une heure. Qui, autrement, n’aurait pas eu beaucoup de succès. Et l’écriture, à la fois dans leurs scènes de copains flics mal assortis.

Et dans les moments plus calmes du bureau de Joe West ou d’une conférence de presse, les a élevés tous les deux. J’ai eu mes doutes au début de l’épisode lorsque Barry parlait de la façon dont Élastique Man a gagné le droit d’être “l’unique protecteur” de Central City. Mais à la fin de l’épisode, je l’ai acheté. Nous avons vu un Ralph très différent toute la saison. Et celui-ci, même avec toutes les nouveautés de Bond mises à part, est un personnage avec lequel je veux passer plus de temps. “Enlève la bague, mon pote, c’est comme ça qu’on s’habille ce soir” a été une livraison fantastique.

Je maintiens toujours, même avec le très drôle “Barry ivre” et ses bavardages, que c’est la version la plus mature de Barry Allen que nous ayons jamais vue dans cette émission. Avec Gustin donnant à Barry la gravité super héroïque appropriée pour un personnage. Qui est sur le point de devenir l’homme d’État et le visage du Arrowverse. Et même ici, cet épisode réussit à nous montrer un autre visage de Barry. Il est rare de voir Barry montrer un trait de caractère qui ne me surprend pas et qui n’est pas LE plus important pour la plupart des speedsters : l’impatience. Cela a créé un grand contraste avec la personnalité cool et discrète de détective de Ralph. Et a finalement aidé à comprendre pourquoi Ralph est en fait le bon choix pour continuer après le départ de Barry.

Crisis On Infinite Earths arrive et on le ressent plus que jamais

Et comme nous l’avons vu dans “Kiss Kiss Kiss Breach Breach”. The Flash va vraiment et vraiment dans le bon sens dans son désir de faire en sorte que les enjeux entourant la mort possible/probable/ probable de Barry dans Crisis on Infinite Earths semblent très, très réels. J’ai félicité cette série pour nous avoir fait croire que les personnages y croyaient vraiment. Et maintenant, plutôt que de le ramener à la maison avec des présages absurdes à chaque tournant. Ils nous donnent même des petits bouts de conclusion émotionnelle. Joe et Ralph conspirent pour donner à Barry Allen la médaille d’honneur pour son travail en tant que CSI est vraiment touchant.

Cela m’a vraiment fait du bien de voir Barry se faire applaudir par ses collègues et la presse. Considérant que cette série a commencé avec Barry trébuchant. Et se frayant un chemin sur une scène de crime. Incertain de lui-même et toujours pas en paix avec la mort de sa mère. Je ne suis pas sûr qu’il y aurait une meilleure façon de nous indiquer à tous où Barry est venu, pouvoirs ou pas pouvoirs. Quel que soit le destin de Barry, quand Crisis On Infinite Earths sera terminée, je ne me souviendrai plus de ce qui m’a énervé dans cet épisode. Mais je me souviendrai de cette scène et de ce qu’elle m’a fait ressentir.