Le destin de The Flash est révélé dans “Crisis on Infinite Earths Partie 3”, l’un des épisodes les plus importants de l’histoire d’Arrowverse.

crisis on infinite earths partie 3

Eh bien. Nous y voilà. “Crisis On Infinite Earths Partie 3” est la grande. C’est l’épisode que nous attendions depuis le tout premier épisode de The Flash. Celui que nous savions que Greg Berlanti, Marc Guggenheim et ses amis voulaient tellement le faire qu’ils l’ont fait cuire dans le concept même de la série depuis le pilote. Celui qu’ils ont passé cinq saisons et le changement nous rappelant qu’il finirait par se produire à chaque occasion possible.

Je ne suis pas sûr d’avoir jamais vraiment cru qu’on arriverait un jour ici. Étant donné que la date d’origine sur ce tristement célèbre titre de journal indiquait que Crisis on Infinite Earths n’aurait pas lieu avant 2024. Et bien si peu de séries atteignent 10 saisons de nos jours que cela semblait plus une façon de faire savoir aux fans que les présentateurs savaient où Barry devait finir. Plutôt qu’un moyen pour l’y amener. Mais ils l’ont emmené là-bas, c’est sûr. Même si les choses se sont passées un peu différemment de ce à quoi nous nous attendions.

Crisis On Infinite Earths Partie 3 est un très grand épisode

Le point fort de “Crisis on Infinite Earths Partie 3“, c’est qu’il ne s’agissait pas seulement de produire plus de 100 épisodes de retombées émotionnelles et narratives. C’était aussi le point culminant du plus ambitieux crossover de l’histoire de la télévision. Bien sûr, il reste deux épisodes. Mais c’est une forme de récit télévisé jamais tentée auparavant. La comparaison la plus facile est celle des Avengers : Infinity War et Endgame, qui avait la tâche peu enviable de mettre un terme à dix années de réalisation d’une manière satisfaisante. Et comme pour ce dernier film, je vais l’appeler tout de suite : Crisis On Infinite Earths réussit.

Dans les premières années des crossovers Arrowverse, les épisodes respectifs qui racontaient l’histoire ont toujours appartenu explicitement à leurs émissions. Un épisode de Supergirl ressemblerait beaucoup à un épisode de Supergirl par exemple. Peu importe combien d’autres personnages des autres émissions traînaient autour. Ces dernières années, il y a eu plus de cohésion. Et Crisis on Infinite Earths est la plus cohérente et la plus cohérente de toutes. Les deux premiers chapitres se sont sentis juste assez comme des épisodes de leurs émissions respectives. Mais pas aussi explicitement comme ils l’avaient fait dans le passé. Chacun d’entre eux a fait juste ce qu’il fallait pour livrer la marchandise à l’équipe locale. Tandis que les éléments qui l’entouraient ont raconté cette histoire incroyablement grande et cosmique.

Un épisode de Flash qu’on en saurait deviner sans le titre

Flash devait être un peu différent. Oui, il y avait beaucoup de missions parallèles. Notamment John Constantine, Diggle, et Mia essayant de sauver l’âme d’Oliver Queen en faisant des détours par le monde de Lucifer et le purgatoire réel. Et nous avons eu Superman et Lex Luthor et l’introduction officielle de Black Lightning à l’Arrowverse. Ainsi que Harbinger et l’Anti-Monitor et la mort de milliards et de milliards de vies.

Mais nous avons aussi eu des moments tendres entre Barry Allen et Iris West. Le retour de Vibe, une scène tranquillement émouvante avec les trois membres originaux de Team Flash. La représentation en action d’un des moments les plus mythiques et les plus iconiques de l’histoire des DC Comics et la mort sur écran d’un héros de télévision bien aimé des jours passés. Ils l’ont fait, les amis. Même s’il n’y a probablement que 15 minutes ici que je considérerais vraiment comme un pur épisode de The Flash, chacune de ces minutes comptait. C’est d’autant plus impressionnant que l’épisode se termine par la destruction littérale de tout ce qui a toujours été.

De petits oublies mais pas de grosses erreurs

Bien sûr, je pourrais probablement me plaindre si je voulais vraiment trouver de quoi me plaindre. Je suis sûr qu’il y en a qui pensent que Caitlin Snow ou Killer Frost ont été lésées dans le processus de tout cela. L’absence de Joe West ne devait pas passer inaperçue. Mais d’un autre côté, rien n’allait être meilleur que le moment qu’ils ont partagé à la fin de “There Will be Blood“. Je ne sais pas si la recherche de l’âme d’Oliver Queen ou l’introduction de Jim Corrigan dans le contexte des choses ont bien fonctionné.

Mais de toute façon, qui se soucie de tout ça ? Il y avait d’autres choses à faire. Avant d’entrer vraiment dans la partie Flash de cet épisode. L’amitié entre Kara et Kate Kane, taquinée pendant Elseworlds, s’est vraiment transformée en quelque chose de spécial en seulement trois épisodes ici. La résolution pour savoir pourquoi Kate s’est accrochée à la Kryptonite après sa malheureuse rencontre avec le Batman de la Terre-99 était absolument parfaite. C’est un moment merveilleux avec de la musique formidable.

L’introduction de Ryan Choi le 7e Paragons

Nous avons rencontré Osric Chau dans le rôle de Ryan Choi, le futur Atome qui semble destiné à rejoindre le casting de Legends of Tomorrow l’année prochaine. C’est, bien sûr, à moins qu’ils ne décident de faire de lui un membre de l’équipe Flash. Vu le délicieux portrait de Choi, je serais en faveur de ça.

Mais dans le processus de présentation de Ryan, on nous amène à Iris West-Allen. Je ne pense pas que j’aurais pu demander mieux que le rôle central qu’elle a joué. Pour garder tout le monde centré et leur rappeler pourquoi ils sont des héros. Et si cela s’était avéré être le dernier adieu de Barry et d’Iris avant qu’il ne sorte le canon à antimatière. Je pense que cela aurait été une bonne idée.

Le Flash doit mourir pendant Crisis, et il l’a fait.

Il faut qu’on parle de “la mort du Flash“, c’est ça ? Je n’étais pas vraiment surpris que ce soit le Flash de Terre-90. Bien que nous savions tous qu’il allait se montrer pendant le crossover. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit présenté pour alimenter le canon antimatière de cette façon. C’était une révélation formidable.

Mais pour ce qui est de savoir si c’est lui qui “aurait dû” mourir, je pense qu’il est plus approprié que ce soit lui et non “notre” Barry. C’est l’adieu que John Wesley Shipp n’a jamais eu l’occasion de donner au personnage. Lorsque sa série Flash a été annulée sans cérémonie par CBS en 1991 après une saison.

Depuis qu’il est réapparu pour la première fois lors des Elseworlds l’an dernier. Shipp a joué ce Barry tout à fait distinctement de la façon dont il a joué Henry Allen ou Jay Garrick. Offrant chaque ligne avec le poids d’un héros aguerri. En fin de compte, c’est sa phrase “Laissez-moi faire ça. Laissez-moi vous sauver tous,” qui me hantera encore plus que sa scène de mort chargée d’effets spéciaux. Compte tenu de tout ce que Shipp a signifié pour la série et de ce que ses différents personnages symbolisent pour Barry. Personne ne méritait plus ce moment sous les projecteurs.

Une fin de Crisis On Infinite Earths Partie 3 chargée en action

Et tu peux croire que ce n’était même pas la fin de l’épisode ? Nous avons eu tout cela plus la fin littérale de l’existence. La trahison stupéfiante et tragique de Harbinger. Une bataille avec le Moniteur, et la mort apparente choquante du Superman de Terre-96 après une trahison de dernière minute par Lex Luthor. C’est Crisis on Infinite Earths dans son ensemble. Tout ce qui est important pour The Flash comme une heure de télévision a eu lieu dans ces moments entre Barry et Iris, Barry et Cisco, Barry et Caitlin, et Barry et Terre-90 Barry. “Sur The Flash, le super pouvoir de tout le monde est l’altruisme”. C’est une fois de plus ce qui s’est passé ici, à la fois par Team Flash. Et, en fin de compte, par le héros d’une émission qui date de près de trois décennies.