Le final de mi-saison de Flash touche à sa fin avant le coup d’envoi de Crisis on Infinite Earths !

the flash saison 6 episode 8

“Personne n’abandonne rien parce qu’il n’y a plus rien à abandonner.”

Eh bien, il s’avère que mes inquiétudes concernant le final de mi-saison de The Flash n’étaient pas totalement infondées. “Les dernières tentations de Barry Allen” n’était pas vraiment suffisante pour mériter une double partie. Même si elle était loin d’être un échec. En fait, dans le passé, nous avons connu des finales de saison moins ambitieuses et pires. Compte tenu de la façon dont The Flash saison 6 a expérimenté un nouveau format comme deux mini-saisons. Je pense que ces huit premiers épisodes sont à peu près un aussi bon argument pour cette formule potentielle que nous le reverrons probablement.

Et il y a certainement eu des moments forts tout au long de cet épisode. Je dirais que c’est à peu près aussi tendu que nous n’avons jamais vu Cisco. Et il a prouvé à plusieurs reprises la confiance de Barry en lui. Ce n’est pas un hasard si une si grande partie du drame de l’épisode est venue de Cisco et Iris travaillant ensemble. Les deux meilleurs amis de Flash face à une menace terrible pour la personne qu’ils aiment le plus. Avec Caitlin et Frost surtout occupés ailleurs. Et bien sûr Grant Gustin faisant une pause des dialogues et des grands personnages quelques instants après son showcase dans la première partie.

Carlos Valdes et Candice Patton étaient les véritables stars de l’épisode de cette semaine. Un parfait contrepoids à la plongée profonde de la première partie dans le cerveau de Barry. Les meilleurs moments d’Iris ont été soit la résolution de problèmes avec Cisco. Soit la tenue de son terrain contre un terrible Dark Flash, en gardant l’espoir que Barry est resté à l’intérieur.

Une Saison 6 de The Flash sous le signe du risque, ça paye

Voir The Flash dans une atmosphère de film d’horreur pendant la quasi totalité de l’épisode était cool. Même si ça ne tenait pas tout à fait ensemble, ça s’inscrivait dans l’esprit de cette saison 6. Tellement de la saison 6 de Flash a été consacrée à prendre des risques et à sortir des zones de confort de ce spectacle. Et “The Last Temptation of Barry Allen Part Two” l’a fait avec ses zombies, son éclairage.

Et même les scènes claustrophobes avec Cécile dans une peur-panique. Cela a été poussé encore plus loin par la façon impitoyable dont les analyses sanguines allaient tourner au hasard des résidents de Central City. Et par sa forme finale grotesque de Bloodwork. Bien qu’à mon avis, les petites touches du maquillage Dark Flash étaient bien plus flippantes que Bloodwork lui-même. Comme les subtiles taches de rougeur sous les yeux ou les ongles sales qui se sont déchirés sous ses gants.

Si l’on considère cet épisode comme une fin de saison plutôt qu’un épisode de mi-saison, c’est un peu modeste. Par contre, j’ai rarement eu l’impression qu’il essayait de paraître plus grand qu’il ne pouvait l’être. Bien sûr, la menace de Bloodwork était imminente. Mais j’avais plutôt l’impression que nous voyions juste assez de ces incidents isolés pour élever ce niveau de menace, sans que l’émission semble vouloir prendre des raccourcis pour illustrer une menace plus grande.

Pour un final de Saison 6 de The Flash, cela reste léger

Tout cela est donc assez beau, mais malheureusement pas assez pour justifier deux épisodes. Il y avait trop de logique dans le jeu. Avec la seule goutte de sang dans l’accélérateur de particules servant de dispositif de compte à rebours et le dernier spectacle de lumière d’Allegra. S’assurer que Nash Wells se battait contre les zombies alors qu’il est encore en train de s’amuser dans ces tunnels semblait obligatoire. Pas comme quelque chose qui servait vraiment cette histoire. Oui, je sais qu’il est d’une importance cruciale pour Crisis on Infinite Earths.

Mais il y avait d’autres moyens pour l’amener là où il devait être. C’était trop soigné, et soutenu par trop de techno d’exposition pour tenir le coup. Il y avait aussi peut-être le pire exemple de Caitlin/Frost se parlant à eux-mêmes que l’émission nous ait jamais infligé. Et quand cela arrive, mes yeux roulent si fort que j’ai peur de faire des dégâts permanents à ma vue.

Et malheureusement, le plus grand crime de l’épisode. C’est que la scène finale avec Team Flash dans les moments qui ont précédé le début de la crise s’est sentie plus obligatoire que vraiment émouvante. Nous avons eu des adieux plus efficaces à Barry et à l’équipe dans les épisodes qui ont mené à cela. Il y avait trop de sentimentalisme écrasé qui a été mieux exprimé ailleurs cette saison. Et à ce point, il est temps de passer à l’action. Ils nous ont montré plus qu’assez tout au long de la saison comment tout le monde se sent. Ici, ils ont choisi de nous le dire. Et dites-le-nous encore une fois. Et encore une fois.

Épisode par épisode, la Saison 6 de Flash est surement la meilleure jamais faite.

Néanmoins, la première moitié de la saison 6 de The Flash pourrait être, épisode par épisode et minute par minute, la meilleure section d’automne d’une saison Flash depuis la première, si ce n’est jamais. Au fur et à mesure que l’Arrowverse s’est développée, les coutures ont commencé à se manifester de plus en plus dans sa formule. Alors voir le spectacle qui est sur le point de devenir son produit phare prendre des risques relativement drastiques mérite nos applaudissements. Les analyses sanguines étaient très différentes de celles de n’importe lequel de nos autres grands méchants. Et ils ont même réussi une sorte de réconciliation satisfaisante pour lui à la toute fin. Quelles que soient les erreurs commises jusqu’à présent cette saison, elles sont nouvelles, et c’est bon de voir The Flash continuer à évoluer.

Découvrez qui est Pariah, le personnage que Nash Wells est devenu suite à la fin de l’épisode de Flash