Découvrez l’explication de la fin en détails de Le Tigre Blanc sur Netflix !

Le Tigre Blanc est disponible sur Netflix ! Si vous souhaitez connaitre l’explication de la fin du Tigre Blanc, lisez la suite ! Dans ses précédents films comme “Man Push Cart” et “Goodbye Solo”. Le cinéaste irano-américain Ramin Bahrani explore l’expérience des immigrants aux États-Unis. Le Tigre blanc, basé sur le roman éponyme d’Aravind Adiga, ancien élève de l’université de Columbia et lauréat du Booker Award. Lui permet de changer de paysage tout en racontant l’histoire de la quête acharnée d’un homme pour la liberté, l’individualité et le bonheur. Pour vous procurer le livre du Tigre Blanc en Français, cliquez ici.

Tout comme le matériel de base, Le Tigre blanc est truffé de nombreuses métaphores pertinentes et délicieuses qui non seulement énoncent la satire inhérente à l’intrigue. Mais décrivent aussi de façon inébranlable les dessous de l’Inde moderne, qui est perpétuellement prisonnière de la dichotomie entre les anciennes traditions et les croyances du nouvel âge. Le titre du film fait référence à un animal rare qui ne naît qu’une fois par génération. Le narrateur de la rétrospective du Tigre blanc, Balram Halwai, a toujours été destiné à de grandes choses. Et le film montre essentiellement comment il arrive à destination. Pour savoir si une suite verra le jour, lisez ceci.

Explication de la fin de Le Tigre Blanc sur Netflix !

La relation entre les trois personnages principaux est la force motrice de Le Tigre Blanc. Après que le hilarant et vénal ministre en chef ait menacé la Cigogne. Celle-ci décide d’envoyer ses fils à Delhi pour financer ses opposants. Ashok et Pinky y sont laissés avec Balram pour rendre visite aux principaux ministres et bureaucrates du gouvernement central avec un sac en cuir rouge rempli d’argent. L’innocent Balram, aux grands yeux, est rapidement charmé par le traitement apparemment aimable et prévenant d’Ashok et Pinky. Il s’attend à une servitude implacable et n’est pas préparé à ce soupçon de compassion.

Les propriétaires des Heartlands ont été rigoureusement dépeints, à la fois comme des héros et des méchants, dans les films opérationnels de Bollywood entre les années 1970 et 1990. Dans Le Tigre Blanc, Bahrani dépeint la Cigogne et la Mangouste avec une quantité de menace impuissante qui ne sait que dépouiller les gens en dessous d’eux de leur dignité et de leurs aspirations fondamentales. Bien qu’Ashok, que Balram appelle l’Agneau, ne soit pas si vil ou mesquin. Il est piégé dans son propre sens du privilège. Même Pinky, malgré ses origines pauvres et son éducation américaine, ne peut pas comprendre le niveau de pauvreté dont Balram est issu.

Depuis le moment où l’inspecteur est venu à son école et l’a distingué, Balram a nourri un désir de grandeur profondément enraciné. Il a été le seul élève choisi pour aller à Delhi, ce qui lui a donné la conviction qu’il est l’enfant du destin, celui qui est destiné à briser le moule de sa société rigide et à trouver le succès. Même lorsque son éducation lui est arrachée par les actions de sa grand-mère. Il ne perd jamais ce rêve et finit par la convaincre de financer ses leçons de conduite avec la seule chose qui compte vraiment pour elle : la perspective d’un apport régulier d’argent.

Peu de temps après son arrivée à Delhi, Balram apprend l’existence de Bangalore, la ville qui sera sa prochaine destination. Il est imprégné d’un esprit d’entreprise novateur et brillant. Mais il ne comprend pas tout son potentiel tant qu’il n’est pas libéré des derniers vestiges de responsabilité envers son maître. Il sert Ashok et Pinky avec diligence et prend leurs abus avec le sourire. Lorsqu’il reçoit l’ordre de porter la responsabilité du délit de fuite, la mentalité de serviteur est tellement ancrée en lui qu’il ne peut pas protester ou même négocier un meilleur accord. En effet, il est piégé dans un poulailler.

À partir de ce profond désespoir, un sentiment d’estime de soi commence à prendre racine au sein de Balram. Lorsqu’on lui dit qu’il n’a plus à accepter la responsabilité de l’accident. Il est soulagé, mais l’ardente dévotion qui était présente en lui auparavant a maintenant disparu. Il a maintenant l’intention de profiter pleinement de son maître. Après que Pinky ait quitté Ashok, et que ce dernier commence à s’apitoyer sur son sort. Balram se met à faire les choses douteuses qu’il aurait reprochées auparavant. Il donne à Ashok de fausses factures pour les réparations de la voiture tout en empochant l’argent lui-même. Et vole de l’essence pour la vendre à d’autres conducteurs.

Le point de basculement de Le Tigre Blanc se produit pour Balram lorsqu’il découvre qu’Ashok cherche à le remplacer. Il regarde sans cesse Ashok entrer dans les bâtiments gouvernementaux avec le sac rouge et sait exactement ce qu’il y a à l’intérieur. En ce jour fatidique, Ashok transporte quatre millions de roupies en espèces qui seront remises au ministre principal nouvellement réélu, “le Grand Socialiste”. La nuit, alors que le ciel semble s’être ouvert, Balram conduit la voiture dans un endroit isolé, se couche sur les roues, et quand Ashok en sort, Balram le tue avec une bouteille cassée.

Bahrani construit la scène avec tellement de présages qu’il donne une notion de finalité lorsque le moment arrive réellement. Au début de Le Tigre Blanc, Balram écrit candidement à Wen Jiabao que la police le recherche, et maintenant nous savons pourquoi. Alors qu’il visite le zoo avec son neveu, Balram voit un tigre blanc qui fait les cent pas dans sa cage. C’est le moment d’une révélation pour lui. Le tigre est agité parce qu’il garde l’animal sain d’esprit dans sa cage. De même, Balram se déchaîne à l’intérieur de sa propre prison. Il se rend compte que s’il veut obtenir sa liberté, il doit tuer Ashok. Il s’évanouit au moment où il en arrive à cette conclusion.

La famille de Balram a-t-elle été tuée ?

Bien que Balram écrive à Wen Jiabao qu’il ne sait pas si sa famille a été tuée en représailles. Il est fortement sous-entendu qu’ils ont peut-être été tués de la même manière qu’il l’avait envisagé auparavant. Dans la partie du film consacrée à Bangalore, il y a une scène dans laquelle il lit les nouvelles sur les meurtres de 17 membres d’une seule famille. Pour Balram, il s’agit en fin de compte d’un sacrifice acceptable. Après la mort de son père, qu’il reproche à sa grand-mère, il coupe progressivement tout lien tangible avec sa famille, la considérant comme une source de surcharge de travail.

Selon Balram, l’Inde comptait autrefois des milliers de castes. Aujourd’hui, il n’y en a plus que deux : celles qui ont un gros ventre et celles qui ont un petit ventre. Après s’être installée à Bangalore et avoir mis en place un service de taxis performant, cette version urbanisée et à queue de cheval de Balram entre dans cette dernière catégorie. Il a réussi à réaliser le rêve de son père et à sortir des ténèbres pour aller vers la lumière. Il a même sauvé son neveu. Le seul membre de sa famille qu’il a pu sauver. Il n’a que du mépris pour les autres et n’a aucun problème à considérer leur mort comme un dommage collatéral.

le tigre blanc fin

Que réserve l’avenir pour Balram ?

Comme le dit Balram à un moment donné dans le Tigre Blanc, il y a deux façons en Inde de laisser derrière soi la pauvreté avec laquelle on est né : la politique et le crime. Il choisit la seconde. Le Tigre Blanc offre un commentaire mordant sur la marque indienne du socialisme, incarnée par “le grand socialiste”. Elle ressemble à une caricature de tous les dirigeants de masse qui ont surgi au cours des 50 dernières années.

Finalement, avec une partie de l’argent que Balram a “emprunté” à Ashok, il corrompt un officier de l’IPS à Bangalore pour s’assurer que ses concurrents seront retirés de la rue. Et crée sa société avec des idéaux intrinsèquement capitalistes. Il considère les employés de White Tiger Drivers comme des employés. Il s’occupe personnellement de tout problème dans son entreprise et ne laisse pas un subordonné en souffrir.

Balram personnifie l’ambition désinhibée de l’Inde moderne. “C’est le siècle de l’homme brun et de l’homme jaune”, déclare-t-il après avoir rencontré Wen Jiabao et révélé ses projets de s’aventurer dans l’immobilier, “et que Dieu sauve tous les autres”. Parce que Balram s’est facilement assimilé à la colossale classe des serviteurs indiens, il n’a pas encore été pris. Il n’a pas beaucoup de remords pour l’acte de se suicider, car cela lui a permis de laisser sa situation derrière lui.

Cependant, il regrette que cela ait dû être Ashok. Peut-être qu’avec un surnom comme l’Agneau, il était toujours destiné à être tué par le tigre pour rassasier son ventre qui grandit. Même si Balram se fait prendre, ni les autorités ni les gens comme la Cigogne ne pourront lui enlever ces expériences de liberté et d’individualité. Plus il gravit l’échelle sociale, plus il deviendra invulnérable. La Cigogne et la Mangouste le trouveront peut-être un jour, mais d’ici là, il sera probablement dans une position où elles ne pourront rien lui faire.