Découvrez notre critique de Birds Of Prey ! Ce que l’on peut déjà dire c’est qu’Harley Quinn est bien mieux entouré qu’avec la Suicide Squad !

birds of prey critique

Le dernier film de DC, Birds of Prey fait suite en quelque sorte à Suicide Squad, et il apporte tout ce que ce film n’était pas. C’est une équipe féminine sordide, drôle et joyeuse qui nous montre de manière résonnante que les héros sont de toutes formes, tailles et couleurs.

Suicide Squad était un accident de parcours cinématographique. Il y a donc quelque chose de si satisfaisant quand on sait que quatre ans plus tard, un film sur le Joker est nominé pour 11 Oscars. Harley Quinn s’est aussi complètement réinventée en tant que leader imparfaite, puissante et responsabilisante. Dans un film qui renverse la trahison antérieure de son personnage.

Birds Of Prey réinvente le personnage d’Harley Quinn

N’étant plus réduite à “une belle dans une folle”, Harley Quinn fait le point dès le début du film. Lorsqu’un personnage secondaire la drague et la traite de “salope idiote”. Elle lui casse la jambe et lui fait remarquer qu’elle a un “putain de doctorat”.

J’ai complètement perdu qui j’étais“, dit Harley Quinn dans la longue voix off animée qui ouvre le film et en expose les limites dès le départ. Mr. J est hors jeu et il est temps pour Harley de se retrouver.

Birds of Prey est le film que Margot Robbie a construit. Elle le présentait à Warner Bros. depuis 2015, elle est productrice du film et elle possède l’écran. Vêtue pour la plupart du temps d’un short plus long et d’un t-shirt portant son propre nom. Et non plus “Daddy’s Lil Monster”, Harley Quinn est prête pour un nouveau départ. Malheureusement, sa rupture avec le Joker signifie qu’elle n’est plus sous sa protection, et il s’avère que beaucoup de gens veulent la tuer.

Birds Of Prey c’est l’histoire d’un film composé de femmes fortes

C’est une histoire de renaissance pour Harley Quinn et elle commence avec style. En se concentrant sur son nouvel amour : un sandwich bacon et oeuf que la caméra fait passer de façon hilarante sur une bande son porno. Et pour être juste, cela ressemble à un très bon sandwich. Mais plus encore, c’est un clin d’œil effronté au public que de dire qu’il s’agit d’un film où aucun de ses personnages féminins ne sera “mis à l’abri”. Il n’y a ni mari ni petit ami pour ces petits oiseaux. Et pas d’enfants non plus, à moins de compter la jeune pickpocket Cassandra Cain. Qui est la force motrice de l’intrigue lorsqu’elle vole un diamant que l’instable Roman Sionis veut à tout prix.

Birds of Prey est à la fois un film de BD vivant et stylisé. Et une satire très réussie des films de bande dessinée et des lieux de vie des femmes qui s’y trouvent. Et c’est parfait. La réalisatrice Cathy Yan construit son Gotham non pas de rues méchantes mais de couleurs vives. Bien que ce ne soit pas le monde des playboys milliardaires. C’est plutôt un melting-pot culturel peuplé de gens qui essaient de gagner leur vie d’un côté ou de l’autre de la loi. Le fait que ce ne soit que la deuxième production de Yan est profondément impressionnant, tant il est cohérent et assuré. Elle est portée par le scénario incroyablement précis de la fille en or de la BD Christina Hodson. Qui a écrit le très bien reçu Bumblebee et qui est attachée à la fois à The Flash et à Batgirl.

Un scénario bien ficelé et des scènes de combats hautes en couleurs

Loin de se sentir pressé, tout ici est bien fait. Les autres femmes qui se retrouveront dans le troisième acte du film ont chacune un arc et une introduction appropriés. L’humour est rapide, drôle et fréquent, et l’action est électrique.

Les cascades ont été réalisées par l’équipe des trois films de John Wick et de Deadpool 2 et cela se voit. Chaque personnage ayant son propre style de combat et des décors euphorisants à revendre. Évitant les combats excessifs en images de synthèse et les méchants écrasants qui ont fait tomber certains des premiers films de DCEU. Les combats de Birds of Prey sont sales, spirituels, granuleux et cool. C’est un film violent, certes, mais rarement gratuit. Et s’il y a beaucoup de victimes humaines, il y a au moins une sorte de morale tordue en jeu. Lorsque Harley Quinn entre dans un commissariat pour trouver la jeune Cain. Elle tire sur les flics avec des paillettes et des sacs de fèves.

En termes de films de bande dessinée, Birds of Prey se rapproche le plus de Deadpool. C’est jurassique, anarchique et subversif. On saute dans le temps et Harley Quinn s’adresse directement au public.

La fin de Birds Of Prey nous laisse ressortir avec une belle morale

Bien que le reste de la bande de Birds Of Prey s’insère librement dans les tropes familiers Huntress est la solitaire vengeresse. Renee Montoya est la flic honnête et alcoolique. Black Canary est la chauffeuse de gangster isolationniste et réticent. Nous ne les avons jamais vus en tant que femmes et dans le même film. Et oui, c’est incroyablement stimulant.

Tout le film est rempli de fioritures et de rappels qui donnent à chaque personnage une vraie profondeur et un vrai cœur. Toutes les femmes sont excellentes, même si Huntress pourrait bien être la favorite des fans. En tant qu’assassin à l’arbalète très bien entraîné et extrêmement maladroit sur le plan social en raison de son traumatisme d’enfance. L’ancienne psychiatre Harley Quinn fait même un peu de psychanalyse à la volée tout au long du film. Dans un autre de ses adorables clins d’œil à qui elle est, et qui elle était.

La mission initiale de Harley Quinn est d’apprendre à se débrouiller seule. Mais le message du film est plutôt que nous sommes meilleurs si nous sommes solidaires. La réunion de tous ces grands talents a certainement donné naissance à un film qui est encore plus que la somme de ses parties.

Si Wonder Woman était une parfaite réalisation des souhaits des jeunes filles qui, comme Diana, trouvent leur chemin dans le monde. Birds of Prey est le film pour les adultes de tout sexe qui se trouvent plus imparfaits, blasés ou simplement déprimés par leur chance. Mais qui méritent quand même une seconde chance et un arc rédempteur. Après Suicide Squad, Harley Quinn méritait sûrement une seconde chance loin de toute cette masculinité toxique. Et que cette émancipation était vraiment fantabuleuse.

Découvrez pourquoi le Joker de Jared Leto n’apparait pas dans Birds of Prey