Découvrez toutes les musiques et chansons présentent dans Wonder Woman 1984 !

Malgré son cadre des années 80, il y a relativement peu de chansons pop nostalgiques dans Wonder Woman 1984 saupoudrées sur la partition de Hans Zimmer. Cela dit, il y a certainement encore quelques airs iconiques dans le film pour accompagner la conception de la production et la campagne de marketing des années 80. Le film ne fera peut-être pas pendant la décennie choisie ce que Gardiens de la Galaxie a fait dans les années 70. Et il y a certainement un manque de moments de chute d’aiguille. Mais Wonder Woman 1984 contient toujours quelques succès classiques. Pour savoir si une suite verra le jour, lisez ceci.

Après avoir sauvé le monde pendant la Première Guerre mondiale. Diana semble avoir passé les décennies intermédiaires à faire preuve d’héroïsme. Et à se remémorer avec tristesse son amour perdu, Steve Trevor. En 1984, alors qu’elle travaille au Smithsonian Institute à Washington DC. Elle rencontre avec sa collègue Barbara Minerva un artefact qui lui permet de réaliser son rêve, la Dreamstone. Après que son vœu exaucé ait ramené Steve, Diana réalise que la Dreamstone n’est pas tout ce qu’elle semble être. Et qu’elle doit sauver le monde une fois de plus avant qu’il ne soit consumé par la cupidité du magnat du pétrole Max Lord.

Mais bien que certains fans aient spéculé sur le fait que ce nouveau film de DCEU se laisserait aller aux sons de l’époque avec une série de chansons pop synthétisées de la décennie. Le film utilise plus fréquemment la musique orchestrale de Hans Zimmer pour souligner ses moments forts. Voici tout de même les morceaux qui ont été utilisés dans le film !

wonder woman 1984 musiques

Quelles sont les musiques dans Wonder Woman 1984 ?

  • “Welcome to the Pleasuredome” – Frankie Goes to Hollywood
  • “M.E.” – Gary Numan
  • “Voi Che Sapete” – Wolfgang Amadeus Mozart
  • “Adagio in D Minor” – John Murphy
  • “I Won’t Leave You” – Clinton Shorter
  • “Cars” – Gary Numan
  • “Rio” – Duran Duran

La première chanson qui joue dans ce qui est en train de devenir le film le plus rentable de la pandémie est “Welcome to the Pleasuredome”. Ce morceau est joué lorsque Diana entre dans le gala du Smithsonian. Et se poursuit pendant que Barbra et Max Lord discutent alors que ce dernier tente d’accéder à la Dreamstone. Plus tard au cours du gala, “M.E.” est joué en arrière-plan. Alors que Diana est harcelée par un collègue qui se vante de son accès à la Maison-Blanche pendant qu’elle cherche Barbara et Lord.

“Voi Che Sapete” de Wolfgang Amadeus Mozart est joué alors que Diana emmène Steve à Washington et le rattrape sur tout ce qui lui a échappé au fil des ans. Bien qu’il date des années 1700, il s’agit en fait d’un morceau des années 1780. Après une longue partie du deuxième acte sur les thèmes de Zimmer. “Adagio in D Minor”, composé à l’origine pour le film Sunshine de Danny Boyle en 2007, se retrouve dans ce projet parmi beaucoup d’autres. Ici, il apparaît sous deux formes alors que Diana prend la douloureuse décision de renoncer à son souhait. Et de quitter Steve dans le passé, et peu après, alors qu’elle apprend à voler.

Enfin, “I Won’t Leave You” est joué dans l’avant-dernière scène où Diana traverse un marché enneigé. Où elle trouve l’homme dont le corps a été habité par l’esprit de Steve Trevor pendant une grande partie du film. “Cars” et “Rio” se superposent au générique ; sans Duran Duran, la bande originale ne serait pas vraiment un film des années 80.