La saga Skywalker se termine dans Star Wars : L’Ascension de Skywalker. Et elle ne fera rien pour dissuader la division des fans.

star wars 9 critique sans spoil

Eh bien, nous voilà à la fin de tout. Star Wars : L’Ascension de Skywalker, le film annoncé comme la conclusion de la saga que George Lucas a lancé il y a 42 ans. Avec un petit opéra spatial modeste de 9 millions de dollars appelé Star Wars.

Suite au débat diviseur, et parfois toxique, sur le précédent épisode Star Wars 8. The Rise of Skywalker, a été chargé de relever le défi peu enviable de fournir non seulement un final satisfaisant à la trilogie actuelle. Mais aussi à l’ensemble de l’histoire de neuf films. Qui englobe le mélodrame de la famille Skywalker et une bataille galactique entre le bien et le mal. Il doit aussi plaire à une pléthore de fans ayant des idées différentes sur ce que ce truc est censé être.

Est-ce que Star Wars 9 : L’Ascension de Skywalker a réussi ? Le réalisateur/co-scénariste J.J. Abrams a-t-il réussi à répondre à toutes les questions et à livrer une histoire passionnante tout en honorant et en enterrant le passé ? Non. Pas vraiment.

Star Wars 9 est très rythmé et rejette l’épisode précédent

Star Wars : The Rise of Skywalker est un cours de maître sur la façon de cocher des cases. Un film qui a des débuts difficiles mais qui finit par offrir un certain niveau d’excitation en surface. Avec un rythme de feu qui masque la construction fragile de son récit mais qui a le mérite de divertir. Le film est moins une histoire qu’un recueil de choses qui doivent se produire juste pour créer les sensations superficielles que certains fans de Star Wars veulent éprouver. Et ces choses fonctionnent souvent bien lorsqu’elles se produisent. Pour que le spectateur glousse ensuite sur la façon dont il a été joué à nouveau.

En d’autres termes, il s’agit d’un film de J.J. Abrams. Bien fait et bien joué mais sans point de vue distinct. Il y a beaucoup de rappels et de caméos ” surprises “. Et une narration qui est très vaguement remixée d’un épisode précédent de la franchise. Il jette quelques os aux gens qui ont aimé la subversion délibérée de Star Wars 8. Mais ne vous y trompez pas, il rejette aussi explicitement et agressivement les préoccupations de ce film. Appliquant une certaine dose de retour à la saga qui peut tenter même le plus dur des originalistes de la série.

Star Wars 9 réintroduit une nouvelle intrigue centrée sur Palpatine

La première demi-heure du film le fait presque entièrement dérailler, car il rebondit d’un environnement à l’autre. Mettant en place à la fois la nouvelle intrigue et nous reconnectant avec les personnages de façon maladroite, presque aléatoire. Ce n’est absolument pas un spoiler de dire que l’Empereur Palpatine est réintroduit dans les premiers moments du film. Beaucoup d’exposition et d’action se succèdent au hasard. Jusqu’à ce que nous nous installions finalement dans la majeure partie du récit principal.

Ce récit suit nos héros principaux qui reviennent Rey, Finn et Poe, plus C-3P0 et Chewie. Alors qu’ils se lancent dans une quête pour trouver le genre de MacGuffin. Bien que la recherche elle-même soit longue, elle contient certains des meilleurs moments du film. Enfin, nous pouvons voir nos héros la plupart du temps ensemble, se chamaillant affectueusement et travaillant vers un but commun.

Pendant ce temps, sur la planète où se trouve maintenant la base de rebelles/résistance. Le général Leia Organa et ses troupes en lambeaux et en diminution. Essaient de faire preuve de courage à la lumière de la nouvelle de la réapparition de Palpatine sur la scène. Et bien sûr, il y a son fils, Kylo Ren qui est toujours aux prises avec sa loyauté dans le nouveau rôle du Premier Ordre.

Dans L’Ascension de Skywalker, on commence enfin à s’attacher aux personnages

Certains vieux amis, tels que Lando Calrissian, sont mis à contribution avec une poignée de nouveaux personnages, mais on a l’impression qu’ils ne contribuent pas beaucoup à la narration dans son ensemble et qu’ils sont simplement là en tant que spectateurs glorifiés.

Quant à nos héros principaux, ils font tous leur meilleur travail dans la série à ce jour. Kylo Ren est toujours la création la plus intéressante de cette trilogie. Un personnage vraiment conflictuel dont les penchants et les motivations sont toujours remis en question. Son arc final, bien qu’il ne soit pas entièrement imprévu, est toujours le plus imprévisible du lot et Driver peut faire beaucoup avec des regards d’acier et des gestes silencieux.

Quant à notre trio central composé de Rey, Finn et Poe, il a toujours eu l’impression d’être une redistribution à trois des caractéristiques de Luke, Leia et Han. Mais il arrive ici à ajouter un peu plus de nuance qui le fait paraître plus vivant que dans les deux aventures précédentes. Rey et Kylo ont également l’occasion de partager certains de leurs échanges les plus intenses des trois films. Leur relation ayant une nouvelle résonance ici, et de s’engager dans un duel au sabre laser d’enfer au sommet des ruines de l’ancienne étoile de la mort qui est autant un arrêt de spectacle que les brefs clips que nous avons vus auparavant le suggèrent.

L’apparition très documentée de Carrie Fisher dans le film est, à une exception près vers la fin, traitée de manière aussi fluide qu’elle pourrait l’être. Créé à partir de huit minutes de séquences existantes mais coupées de Star Wars 7. Il s’intègre suffisamment bien dans cette histoire pour permettre à Leia de jouer un rôle approprié. Bien que réduit, dans cette conclusion sans avoir simplement à l’exclure entièrement du film.

Star Wars 9 est un mixte entre l’épisode 3 et l’épisode 6

C’est une de ces cases que le film coche au moins avec un certain succès. Beaucoup d’autres moments dans The Rise of Skywalker se jouent comme des rappels ou des “ plus grands succès ” sans faire grand-chose pour servir l’histoire dans son ensemble. Cette histoire elle-même mène à un troisième acte très familier : un acte qui n’a pas les mêmes enjeux ni la même force émotionnelle parce que nous en avons déjà vu beaucoup. Un défilé de personnages bien-aimés qui marchent et font des signes de la main pendant que des scènes bien mémorisées sont rejouées.

Et c’est finalement le plus gros problème de Star Wars : The Rise of Skywalker et de tout ce nouveau trio d’entrées Star Wars : nous en avons déjà vu beaucoup avant, sous une forme légèrement différente. Ce problème découle des origines mêmes de ce chapitre : un désir de la part d’une société mère de mettre plus de films Star Wars à l’écran mais un manque de vision centrale forte de l’histoire à raconter à l’avenir. Le résultat a été une franchise en guerre contre elle-même. Alors même que ses fans se font la guerre : une incarnation littérale et réelle du titre de la marque tout entière sans aucun vainqueur en vue.

Découvrez l’origine de Palpatine de sa rencontre avec Dark Plagueis à son rôle dans Star Wars 9

N’hésite pas à t’inscrire à la newsletter qui parait 1 fois par semaine pour recevoir toutes les nouveautés séries et films !