Découvrez l’explication de la fin de Skinamarink ! Spoilers !

Skinamarakink est sorti au cinéma début 2023 aux US ! Si vous souhaitez connaitre l’explication de la fin, lisez la suite ! Réalisé et écrit par Kyle Edward Ball, Skinamarink est un film d’horreur qui capture les pires peurs de l’enfance à travers les expériences surréalistes et terrifiantes de deux frères et sœurs, Kevin et Kaylee. Laissés sans surveillance à la maison, ils doivent se protéger des forces sinistres qui se cachent dans les coins.

Grâce aux performances exceptionnelles des jeunes acteurs talentueux Lucas Paul et Dali Rose Tetreault, la narration visuelle du film joue avec l’esprit des spectateurs et les tient en haleine jusqu’à la fin. Si vous avez des questions, voici l’explication de la fin de Skinamarink !

Explication de la fin de Skinamarink

A la fin de Skinamarink, Kevin, un garçon de quatre ans, voit ses jouets disparaître du sol et se poser de façon surnaturelle contre le plafond. Un jour, il se retrouvera lui aussi au plafond. Il se promènera dans des couloirs autrefois familiers et découvrira que lui et sa maison ont peut-être disparu dans un autre royaume.

A la fin de Skinamarink, la réalité s’est dissipée. Il semble savoir que quelque chose d’autre est à proximité. Quelque chose qui n’est ni ses parents ni sa sœur. Le plan final sera un espace sombre et vide. Kevin, qui n’ose toujours pas parler au-delà du murmure, demande à cette chose : « Quel est ton nom ? »

Quiconque a suivi un cours de psychologie 101 sera probablement capable d’énumérer les quatre archétypes de rêve de Jung : le Soi, l’Ombre, l’Anima/Animus et la Persona. Le Soi est l’identité unique d’un individu, telle qu’elle existe au plus profond de son esprit. C’est essentiellement le « protagoniste » à la première personne d’un rêve. A la fin de Skinamarink, l’Ombre, quant à elle, est l’antagoniste, le monstre de nos rêves. D’après Jung, elle tend à représenter nos peurs les plus profondes. Le visage est l’Ombre.

skinamarink fin

Il est juste d’emprunter les termes de Jung car Ball explore clairement un espace de rêve. On pourrait dire que Skinamarink est entièrement un rêve, une interprétation qui ne rendrait pas le film moins effrayant. Les enfants explorent leur propre esprit et leurs propres peurs. Les cauchemars que l’on fait souvent lorsqu’on est enfant impliquent que l’on se trouve dans sa maison mais que l’on découvre qu’elle a été modifiée ou qu’elle a subi des mutations.

L’Ombre semble être une sorte de force de contrôle des événements étranges de Skinamarink. Selon Jung, l’Animus et l’Anima se forment dans l’enfance et sont représentés dans les rêves par une figure divine étrange et puissante, mais souvent amicale. On pourrait dire que les vieux dessins animés étranges pourraient être les Animae des enfants, fournissant la lumière et présentant des scénarios de pouvoir. Mais, chose effrayante, il est enfermé dans une boîte. Il ne peut pas influencer les événements du monde. Il ne peut que regarder et raconter. 

La Persona des enseignements de Jung comporte quelques sous-catégories, mais il s’agit essentiellement du « héros » dans lequel le Soi peut se transformer, ou du moins puiser. L’une de ces sous-catégories s’appelle l’Enfant divin, qui, comme son nom à consonance chrétienne l’indique, représente une innocence puissante et divine. 

Article précédentIn/Spectre Saison 2 Épisode 3 : Quelle date et heure de sortie ?